Les Chachous de Chacha
     

[Communiqué de Presse] Agression et menaces de mort dans l’association

3 juin 2021 | Actualités de l'association | Pas de commentaire

Télécharger le Communiqué de Presse au format PDF.

[Communiqué de Presse] Agression et menaces de mort dans l’association Les Chachous de Chacha : le président et 25 chats en danger

Suite à l’agression de Gilles, le président des Chachous de Chacha, l’association de protection des chats du Vexin (95) recherche une solution pour sécuriser son président et les 25 chats en famille d’accueil chez lui.

Depuis 6 ans, l’association Les Chachous de Chacha vient en aide aux chats errants et abandonnés du Vexin, principalement dans le Val-d’Oise. L’association a secouru, stérilisé et identifié plus d’une centaine de chats par an dans plusieurs communes du territoire, permettant de prendre part à leur bien-être et d’éviter leur prolifération. Elle est reconnue d’intérêt général pour son utilité quant au bien-être animal et surtout pour sa contribution à stopper toute propagation de maladie, dégradation matérielle et environnementale. Plusieurs communes du Vexin, comme Arronville, Hérouville-en-Vexin, Grisy-les-Plâtres et Marines, sont partenaires de l’association et d’autres devraient s’ajouter à cette liste. L’association fonctionne grâce aux dons de particuliers et, n’ayant pas encore de refuge, fonctionne avec des familles d’accueil.

Gilles, son président fondateur, habite depuis plusieurs années au camping de Grisy-les-Plâtres, premier lieu d’intervention de l’association. Samedi 29 mai au soir, avec 3 bénévoles, il terminait les préparatifs pour une brocante. Un des voisins, agressif depuis plusieurs années envers Gilles, sort de chez lui en vociférant. Gilles tente de le calmer en vain. L’homme a alors tenu des propos homophobes : « je vais effacer ton sourire de ton visage, sale PD », avant de le frapper violemment à l’aide d’un râteau (qui a rompu sous le choc), lancer des menaces de mort ainsi que des insultes racistes à l’égard d’un autre bénévole. Les gendarmes sont intervenus rapidement et l’ont placé en garde à vue. Une plainte a été déposée contre lui. Il a, hélas, été libéré dès le lendemain midi avec, semble-t-il, un simple rappel à la loi.

La situation est préoccupante, aussi bien pour Gilles que pour les 25 chats qui sont actuellement en famille d’accueil chez lui (malades ou en cours de socialisation). Face à un individu capable de proférer des menaces de mort devant des gendarmes, et capable d’agression, ils sont tous en danger de mort. Malgré le soutien des forces de l’ordre et des élus des communes partenaires, l’association lance un appel au secours pour sécuriser la situation.

Depuis plusieurs années, l’association recherche activement un terrain disponible gracieusement ou à la location dans le Vexin, que ce soit auprès de particuliers, d’entreprises ou de collectivités. Un projet de refuge est en cours, mais il est long à mettre en place et demande des ressources. En attendant, elle cherche d’urgence un terrain ou un local, même peu entretenu, pour pouvoir y placer ses chats dans un minimum de confort et d’hygiène, en attendant de trouver une meilleure solution.

L’association comprend la décision de justice au regard de la loi. Force est de constater qu’elle n’est cependant pas capable de garantir la sécurité d’un citoyen et des membres d’une association cherchant à son échelle à améliorer la vie d’êtres sensibles et de leurs prochains. Cette même association demande donc l’action d’autres instances territoriales et gouvernementales, et, humblement, le soutien des citoyens et acteurs économiques de son territoire d’intervention.